Viedanslebonsens

Un blog sur le thème: Bien-être & Energie

Mois : janvier 2019

L’Énergie: une puissance subtile en action

Belle énergie de vie d’un matin qui s’éveille en rose et bleu turquoise.

Aujourd’hui, un subtil sujet : l’ÉNERGIE!

Visiblement,  quand nous abordons le thème de l’énergie, l’important est qu’elle circule! Quelle que soit sa forme et le domaine dans lequel elle est utilisée.

Voici quelques termes employés en définition du mot Énergie: dynamique, force, puissance, ce qui provoque une impression de stimulation etc.

À l’inverse, est considéré comme énergivore ce qui consomme beaucoup d’énergie.


L’énergie intérieure

L’énergie nous pouvons: en prendre, en perdre, en dépenser, en donner, en partager etc…

L’idéal est plutôt d’être dans le + de l’énergie que dans le   ! Être dans une bonne énergie! Avoir de l’énergie! Avoir & Être une ‘pile’ et aussi  un ‘aimant’ d’énergies positives!

Un bon état d’esprit se cultive dans l’Être car cela permet de l’Avoir disponible en partage!

Comme tout est toujours une subtile question d’équilibre: clarifier son état d’esprit libère une énergie positive permettant également de se désentraver physiquement. ‘Faire le point’, permet de ne pas ‘être au point mort’ et d’éviter la stagnation, l’entropie. Car toutes les émotions réprimées, refoulées, se marquent dans le corps en douloureuses cristallisations (‘enfer-me-ment’ ou ‘en-faire-mais…’). L’énergie circule mal ou plus du tout. Nous nous ‘bouchons’ au propre comme au figuré. Nous n’entendons pas les signaux émis en nous, par nous, pour nous. Pour ‘éviter le point de rupture’ (énergivore) il est essentiel de chercher (pour trouver) son ‘point…d’équilibre’ (énergie positive)

Quelques questions en vrac pour stimuler une réflexion dans l’ici et maintenant:

Quels sont les lieux qui m’apportent de l’énergie, les personnes, les actions? De quoi ai-je vraiment besoin? Quel est l’idéal que je cherche à atteindre? Est-ce que je m’y prends bien? Quel(s) nouveau(x) moyen(s) envisager pour m’aider à y parvenir? Pour moi, énergie … ?


Regardons-la circuler autrement:

Images “& sens” de sagesse…

 Et si nous prenions ‘un coup de lune sous le soleil’ pour épanouir les valeurs positives contenues en soi !

Avec l’écrevisse rouge au premier plan, nous sommes invités à plonger dans la mare, cette eau de l’inconscient emplie de promesses vivifiantes (cf. végétation verdoyante en son dessus)! À  se frayer un passage vers les profondeurs de nous-mêmes pour observer nos jeux d’émotions, puis discerner nos potentiels, nos trésors enfouis au profond. Se saisir de son ‘scaphandre’ pour voir (dans ‘l’espace de présence’ en soi) évoluer les ‘poissons-émotions’ que nous contenons en dedans…sans se confondre avec eux! Tout l’art méditant est là: nous sommes aussi l’Observateur.

La lune évolue, de peu lumineuse (émotions enfouies dans l’ombre), à pleine en lumière (processus qui éclaire nos ressentis). Ces différentes phases de la lune s’apparentent à nos possibles avancées intérieures pour gérer nos émotions. Cette carte contient, au travers de ses symboles, différentes stratégies à mettre en oeuvre pour cela.

Quand d’argent les rayons deviennent d’or.

 Alors…nous mûrissons: acceptant d’y voir plus clair. Nous mettons concrètement nos zones d’ombres en lumière.  Le Soleil symbolise cet état d’esprit renouvelé!  Cette démarche d’introspection en cours permet que circule une énergie de vie  lumineuse en soi, qui forcément, rayonne autour de soi.

“Savoir être ” = incarner des valeurs constructives . “Savoir faire”  = mise en action des valeurs altruistes.

Les énergies harmonieuses se partagent, se propagent!  Apprendre à ‘Semer-S’Aimer mieux’ : équilibrer nos polarités ( cf. les deux personnages = unité des énergies vivifiées). Vibrer d’harmonie (cf. cercle verdoyant et fleuri). Quel beau programme!

Quand nous lâchons l’individualisme (énergivore) pour l’apprentissage de l’altruisme, nous expérimentons de subtils états vibratoires bénéfiques. Toutes ces prises de conscience nous font quitter les territoires de la peur et génèrent une généreuse joie qui nous en guérit.

L’ Énergie positive est une puissance subtile d’action! 

Dessin et montage de Christine PINAUD (site pro: www.viedanslebonsens.com)     Un cri d’amour!

Vive le Vivre… sa Vie dans le bon sens!

De la connexion à la reconnexion avec soi

De la connexion

à la reconnexion avec soi

Une nouvelle année s’offre à nos possibles. Et si nous l’abordions en nous connectant sur plusieurs plans !

De la connexion…

Commençons par accepter de se poser une question toute simple : nous autorisons-nous un droit ponctuel de déconnexion avec le téléphone portable ?

Jaugeons la situation sans nous juger : en toute honnêteté quelle est la réponse qui nous vient ? Plutôt oui ? Plutôt non ?

Dans l’idéal, projetons-nous:  au cours de notre journée combien de minutes minimum et maximum pouvons-nous envisager sans notre téléphone?

Observons notre degré de dépendance au portable  (voire d’addiction)…alors “roulé en boucle” sur le portable ?

La “Nomophobie”, dont le nom provient de la contraction de “no mobile phobia”, est un terme qui désigne la phobie de ne pas avoir son téléphone à porté de main et la peur excessive d’être séparé de son portable. De nombreux  utilisateurs souffrent de symptômes d’anxiété en cas de problèmes avec: la perte, une batterie faible, une mauvaise couverture.

A quel moment peut-on parler d’addiction au téléphone portable ?  Quand il y a :

*une utilisation incessante que ce soit dans la rue, chez les commerçants, dans les transports, pendant les courses…

*l’apparition d’une angoisse (ou une crise de panique : souffle court, sueur, tachycardie etc.) si l’on ne retrouve plus le téléphone ou qu’il est impossible de le recharger ou quand un bug survient.

*un besoin d’avoir le portable tout près en permanence, dans les mains et proche du lit.

Mais que faire lorsque nous constatons une dépendance accrue à notre téléphone ?

Voici 3 conseils  pour se rééduquer progressivement à moins utiliser son portable :

* essayer de le fermer plusieurs fois par jour pendant 15 minutes au début puis en augmentant progressivement ce temps pour arriver à des périodes de 1 heure.

* accepter de ne pas l’avoir sur soi en permanence lors de certaines sorties.

* réussir à ne plus regarder son téléphone en présence d’autres personnes.

Cette addiction au portable peut conduire à un repli sur soi, voire une perte de convivialité.

Aussi utilisons la technologie tout en veillant à participer à la vie qui se déroule ici, maintenant!


…à la reconnexion avec soi-même

Mais d’ailleurs, de quand date la dernière reconnexion avec soi?Laissons les ‘émotions-oiseaux’ venir se poser  sur les branches de notre tranquillité intérieure.

Être “ici et maintenant” cela se décide par la continuité. Par exemple, si nous décidons que notre objet de centration est le chant des oiseaux : alors écoutons leurs chants. Et si une pensée nous traverse, l’exercice du “ici et maintenant” est de tout simplement revenir se centrer sur le chant des oiseaux…sans se culpabiliser, juste revenir sur l’objet de centration choisi.

Tout comme nous pouvons entraîner notre corps physique, nous pouvons entraîner notre esprit à muscler son état d’être (…bien).

Face aux trépidations du quotidien, comment pouvoir se “vider la tête”? Se centrer ? Voici un exercice simple et à la portée de tous, qui nécessite uniquement notre présence à l’instant :

Pour “souffler” (?): quoi de mieux que commencer par respirer !

La posture : assis, le dos et la tête droite, les épaules relâchées, en  position confortable, les mains posées l’une sur l’autre juste en dessous du nombril.

Le mouvement : à l’inspire, l’air pénètre en nous, nous gonflons le ventre qui repousse nos mains. A l’expire, peu à peu l’air se vide de nos poumons et ensuite notre ventre se contracte sous nos main. Allons jusqu’au bout du souffle…

Pratiquons ainsi une dizaine à une trentaine de respirations en gardant notre attention sur les mouvements de nos mains sur notre ventre (ou sur la sensation de chaleur agréable qui s’en dégage). Le fait de nous concentrer sur nos mains pour pouvoir compter nos respirations fait descendre l’énergie dans notre ventre. Très bénéfique pour nous centrer et ralentir notre mental.

Au début notre esprit cherchera peut-être à s’évader, à penser à tout autre chose. C’est le mouvement propre au mental que de partir dans tous les sens et de résister à la concentration. Lorsque nous nous en apercevons, sans porter de jugement sur cette échappée, revenons tout simplement dans notre ventre. Reprenons le comptage là où nous en étions. L’important c’est de pratiquer en simplicité et régularité.

 C’est un temps de pause qui pose…et repose… ici et maintenant.

L’idée c’est de “se poser” et très littéralement de se poser: sur un état dans son être.

Se poser en soi et pouvoir à chaque fois fois s’appuyer un peu plus sur ce calme en nous. La répétition permet l’acquisition d’un état de bien-être au quotidien. Quelques minutes d’entraînement relaxant chaque jour cela peuvent permettre de maintenir la détente en soi!

En tant que Sophrologue, je sais, justement par expérience, combien la pratique de la Sophrologie  invite au “ici et maintenant”,  au travers de techniques simples et facilement  utilisables dans la vie quotidienne.

Notre vie intérieure a tout autant de valeur que notre vie extérieure. S’ouvrir sur des perspectives en nous, cela donne des ailes! Ce centrage nous permet de nous ancrer solidement et de pouvoir, ensuite, mieux faire face aux diverses sollicitations du quotidien.

Alors déployons nous! Le prolongement d’une relation harmonieuse avec soi est une relation plus harmonieuse à l’autre.

Mes Vœux 2019 pour nous tous :

Une Merveilleuse Vie dans le bon sens !

Christine PINAUD- SOPHROLOGUE – Site pro: www.viedanslebonsens.com

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén